Le plaisir du sport...

02 mars 2019

Des kilomètres ou des minutes ?

Grande question philosophique : lorsqu'on s'entraine de façon intensive et très régulière, on aime savoir de façon hebdomadaire, mensuelle et annuelle ce qu'on a fait et en quelle quantité.

Des petits bilans réguliers qui rassurent ou angoissent et nous permettent de nous dire si oui ou non, on est sur la bonne voie dans la progression.

Dans ce contexte, la question du jour est la suivante : pour le vélo principalement, est-il préférable de compter le nombre d'heures de selle ou les kilomètres parcourus.

                                   Afficher l’image source

Etant personnellement fan de sport en tout genre, je pratique non seulement le vélo sur route mais aussi le home-trainer ainsi que le VTT.

Si sur la route, le corrélaire est facile à faire entre distance et temps, ce ne sera pas la même histoire en VTT et, selon le parcours choisi sur son programme d'entrainement sur home trainer (zwift pour moi), cela pourra varier énormément en HT.

Alors, personnellement, je suis plutôt adepte des heures de selle pour tirer des leçons plutôt que de regarder aux kilomètres.

Néanmoins, lorsqu'on se met à discuter avec des triathlètes ou des cyclistes sur route, il est parfois perturbant de les entendre annoncer des kilomètrages énormes et de se dire que l'on ne doit pas être à leur hauteur...

Après, c'est toujours à la pédale que la vérité explose...

Moralité, les heures et les kilomètres sont tous deux essentiels lors des bilans mais il est important de différencier une pratique d'une autre et de ne pas vouloir à tout prix afficher X milliers de kilomètres sur son compteur.

 

Sportivement votre

Posté par trilolotte à 13:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]


21 février 2019

Une bouffée d'Oxygène

Tout bon triathlète qui se respecte et qui aime pratiquer son sport n'y échappe pas : il faut une licence.

Hélas, en Belgique, qui dit licence dit club. Comme dans la majorité des autres pays d'ailleurs.

Est-ce une volonté de la ligue de pousser les athlètes vers les clubs ou y a-t-il une autre raison à cette imposition ? Je ne le sais pas mais je vous avoue avoir longtemps hésité avant de retourner vers un club.

En effet, il n'est pas toujours simple de se libérer pour les entrainements prévus au sein d'une structure et, souvent, les structures imposent quelques obligations aux athlètes qui ne sont pas toujours simple à respecter quand la seule chose qui nous importe est de pratiquer le sport.

Après plusieurs semaines de réflexion et un comparatif des offres proposées, je pense avoir enfin trouvé mon bonheur.

Ce sera donc avec l'Oxygène Triathlon Club (OTC) que je traverserai cette année 2019.

                         thC1CUR1AR

Un club pas élitiste, ouvert à tous avec une ambiance familiale des plus agréables.

Merci à eux de m'avoir accueillie pour une première séance de natation ce lundi.

Me voilà donc encadrée et entourée pour une année qui, espérons le, me permettra un épanouissement sportif en tous temps...

 

Sportivement votre

Posté par trilolotte à 06:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2019

La reprise

Et oui, après plusieurs semaine de retrait sportif, il faut s'y remettre...

Alors, dès le début d'année, on sort les runnings, on monte sur le home-trainer et on reprend la direction de la piscine.

Néanmoins, avec notre météo hivernale,

IMG_20190202_080656

c'est dans la cave que se déroule la plupart des entrainements triathlétique.

Alors, on prépare le ventilateur, les bidons de boisson isotonique et la serviette éponge et on reste focus... coûte que coûte...

 IMG_20190202_090914        IMG_20190202_110300

 

Keep training...

 

 

Posté par trilolotte à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2019

Bienvenue à 2019

Voila, ça y est, nous avons enfin mis les pieds dans cette nouvelle année...

Afficher l’image source

365 jours qui, espérons le, nous offriront de magnifiques moments de bonheur et de plaisir.

Et maintenant, place au sport...

Posté par trilolotte à 07:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2018

Half IM Lanzarote 2018

Après plus de 5 années sans triathlon, c'est la fleur au fusil que je décide de m'inscrire à l'ironman 70.3 de Lanzarote.

Cette inscription faite au mois de mai, il ne me restait plus qu'à m'entrainer et croiser les doigts pour espérer finir l'épreuve.

Une reprise plus que difficile, une blessure au tendon d'Achille récurrente et quelques nombreux kilomètres de sport plus tard, je me retrouve nénamoins sur la magnifique ile venteuse des Canaries.

Au pire, cela nous fera une semaine de vacances et au mieux, une médaille de finisher en plus.

Arrivée le mercredi soir, soit 3 jours avant le jour J, je suis déjà très contente de retrouver mon vélo indemne.

La veille de la course, c'est préparatifs, briefing, récupération du kit de course et dépôt du vélo.

Ensuite, place au repos (avec un peu de stress...)...

Le 6 octobre 2018, réveil à 4h45, petit déj au gatosport et direction le bus de la course pour un transfert nocturne vers le Club La Santa d'où sera donné le départ.

J'y retrouve mon vélo intacte et termine les derniers préparatifs.

La zone de transition grouille de triathlètes en stress et pressés d'en découdre.

A 7h, le couperet tombe, ce sera avec combinaison autorisée (ouffff !!! ).

Je termine donc de me préparer, enfile ma combi, vérifie que mon ship est bien attaché et me dirige vers la plage de départ.

Les vagues de départ s'enchainent avec les pros en premier (d'abord les hommes puis les femmes), ensuite les groupes d'age homme et enfin, à 7h36, les groupes d'age femme. 

Et c'est parti pour un pugilat de plus de 20 minutes. Très vite, nous rattrapons les derniers hommes qui ne se laissent pas dépasser et, vu le faible niveau de l'eau, on essaie de nager proprement dans une sorte de vase sablonneuse.

L'absence de rolling start reste une grande interogation pour moi car je n'ai jamais participé à un triathlon avec ce système de départ mais force est de constater que la natation n'a pas été des plus agréable.

Néanmoins, je reste focus et tente de poser ma nage, j'allonge comme je peux et, après 39 minutes de baignade, la première partie du triptyque est finie.

                                                     180_3rd-2448681-DIGITAL_HIGHRES-2583_025135-21766035

La transition est un peu longue, il faut déjà remonter jusqu'au parc à vélo et je me concentre pour ne rien oublier.

Une fois sur le vélo, j'entame mon plan de nutrition et trouve rapidement mon rythme. Il ne fait pas encore trop chaud, le vent n'est pas trop fort donc, je profite. Le parcours est constitué d'une première grande boucle de 60 km (30 km aller-retour) avec un dénivelé par trop important mais toujours présent suivi d'une deuxième petite boucle sur le même tracé mais de 30 km (15 km aller-retour). Ici, il n'y a pas de col infranchissable mais le parcours n'est jamais plat. On est toujours au combat, avec  2-3 % parfois 4-5 % de pente. Je pense à boire correctement et manger comme à l'entrainement.

                                                     149_3rd-2448681-DIGITAL_HIGHRES-2583_009703-21766004

Le parcours passe vite, je m'amuse mais, sur la deuxième boucle, je me rends compte que je n'ai pas été suffisamment raisonnable.

La chaleur est maintenant présente et la course est loin d'être finie.

Je descend du vélo après 3h20 d'effort cycliste et me prépare à affronter la partie la plus difficile du jour, le semi-marathon.

Ma blessure au tendon d'Achille durant les semaines d'entrainement m'a empéché d'être prête pour courir, je sais donc que je vais souffrir.

Pourtant, la galère sera bien plus grande qu'imaginée. Il fait affreusement chaud, il n'y a pas une zone d'ombre et je sais dès les premiers mètres que la finish line passera par une longue et grande souffrance. Alors, je tente de faire abstraction et alterne marche et course lente. Le parcours est composé de 3 aller-retour vallonné parsemés de ravito tous les 2 km environ.

                                                174_3rd-2448681-DIGITAL_HIGHRES-2583_023881-21766029

Je bois correctement, m'arrose et tente de faire passer les nausées et vertiges qui m'assaillent. Kilomètres après kilomètres, la course se termine et, après 7h01 de sueur et de plaisir, je franchis la ligne d'arrivée en apesanteur.

                                                     129_3rd-2448681-DIGITAL_HIGHRES-2583_002744-21765984

Comme d'habitude, le plus important pour moi est de se faire plaisir et de finir. C'est chose faite !

Maintenant, place à la récup et aux vacances...

 

Posté par trilolotte à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2018

Les longues sorties

Les longues sorties, un passage obligatoire pour les triathlètes au long court.

 

En effet, lorsque l'on prépare une course longue distance, on n'y coupe pas, il faut passer par des sorties longues en endurance où on teste le matériel, l'hydratation, l'alimentation ou encore la tenue.

Un bon moyen de se rassurer ou, éventuellement, de se rendre compte qu'on n'est pas encore prêt à affronter les kilomètres prévus le jour de la compet...

Pour ma part donc, cela fait quelques semaines que s'enchainent les parcours d'environ 90 km plus ou moins vallonnés en vue de l'half ironman de Lanzarote.

Parfois rassurée, parfois désabusée, je descend néanmoins à chaque fois du vélo avec un sentiment de devoir accompli... Et des paysages plein la tête...

IMG_20180909_093211   IMG_20180927_093056

                                          IMG_20180826_120802

Espérons maintenant que ces sorties paient le jour J...

 

Sportivement votre

Posté par trilolotte à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2018

Présentation

Bonjour tout le monde,

je me présente, je suis Charlotte, une sportive belge de 35 ans ferue de longue distance et de plaisirs sportifs en tout genre.

Alors que ma famille ne m'a pas forcément poussée vers le milieu sportif, c'est seule que je me suis mise à rever devant diverses disciplines sportives en tout genre.

Néanmoins principalement attirée par l'escaldade, l'alpinisme et le triathlon, j'ai principalement voyagé au travers de ces disciplines et y ai accompli de nombreux finish, seule raison d'être pour moi.

La participation reste toujours le plus agréable pour moi et franchir une ligne d'arrivée, première ou dernière, est un accomplissement.

Voilà donc pour qui je suis.

Ci-dessous, quelques clichés de mes exploits...

0192_46945           sportograf-32339800

 

sportograf-32350502          IR7

 

TRI 2010 064           IMG_9365

  

raiddessources2008    0192_16869

  

DSCF1254

Claire5                                                    Kluisbergen

 

Pour conclure, voici un petit récapitulatif non exaustif des épreuves déjà accomplies :

  • En course à pied :

- semi marathon de Paris

- 20 km de Bruxelles

- semi marathon de Bruxelles

- marathon de Kasterlee

- marathon de Paris

- marathon du Beaujolais

  • En vélo :

- Paris-Roubaix VTT

- Joberg2C (VTT)

  • En triathlon :

- Ironman de Nice (à 2 reprises)

- XL de Gérardmer

- Half Altriman

- ironmanneke

- DO de Seneffe

- promo de Mouscron

  • En montagne

- ascension du Mont Blanc par la traversée des 3 monts

- ascension du Monte Rosa et de ses 4000

- ascension de l'Elbrous

- escalade de la Pierra Menta

- trekking au népal jusqu'à Gorak Shep

 

En espérant allonger encore longtemps cette petite liste...

 

Sportivement vôtre

Posté par trilolotte à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]